Tesla S 75 D: Voyage en Tesland (Merci le Leaf France Café;) )

J’ai  enfin participé à ma première  rencontre Véhicules électriques organisée par le Leaf France Café ce dimanche 18 Novembre 2018.

44938140_2093689020661483_3539905551372648448_n

Bien que ne roulant que rarement plus de 24h en Véhicule électrique: j’ai été accepté  par cette  très sympathique communauté.

Je vous laisse profiter des quelques prises de vues effectuées sur le parking du Tommy’s Café lieu de départ de cette journée organisée par le Leaf France Café:

20181118_181416.jpg

20181118_181259.jpg

20181119_101913.jpg

Si j’avais déjà essayé ou étais monté à bord de la plupart des autres véhicules présents dimanche dont plusieurs Leaf 24 / 30 et 40, un SOUL EV, une Peugeot iON, une IONIQ ELECTRIQ ou Z0É, je n’avais encore jamais roulé en TESLA.

20181119_101647.jpg

La superbe Tesla X 75 D  bleue de Ludo capte de facto tous les regards 20181118_181539.jpg

et la Tesla S 75 D de Ricardo superbe et plus basse procure à l’oeil une sensation empreinte de plus de discrète retenue. Toutes deux ont pourtant su faire profiter de leur opulence quelques chanceux.

J’ai eu le choix entre la X 75 D « à plusieurs » ou la S 75 D seul avec le conducteur…

Bon…tant qu’à profiter d’un palace roulant autant en profiter à deux 😀

La première chose qui m’a marqué c’est l’élégance de cette Tesla S 75 D: c’est une chose de regarder…c’en est une toute autre d’embarquer à bord d’une telle Tesla!

Si le luxe est présent dans chaque aspect’ jusqu’au moindre détail de la couture du cuir végétal du tableau de bord, des habillages du ciel de toit ou du hublot de bord pardon du tableau de bord, il n’est jamais ostentatoire.

C’est la très très grande classe et me rappelle par certains aspects le soin du détail appliqué à une Maybach dans laquelle j’étais allé affleurer le luxe il y a quelques années.

Dire que l’on est bien ici en Tesla S 75 D c’est exact mais je pense que le mieux est de se dire en Tesland.

Monde à part.

Glissement le nez dans l’hyperespace EVénement d’importance pour le néophyte que je suis.

Rien non rien n’égale la sensation d’être non plus de plomb mais de plume sur ce tapis volant.

Transmission intégrale, suspension pneumatique, puissance, force, généreuse dans l’apport, hyper fluide dans sa manière de délivrer l’onde motrice qui la nourrit.

Cette Tesla vaut le prix de la Technologie embarquée et de l’opulence.

S’il est hautement improbable que mon chemin d’autmobiliste me permette de renouveler  un jour cette expérience, je reste toutefois très sensible à la technologie embarquée ici.

Ricardo est l’heureux conducteur de cette Tesla S 75D et ne tarit pas d’éloges sur l’agrément vécu à son bord. Enfin même s’il déclarait le contraire j’aurais grand mal à le croire 😉

Premier contact avec la poignée de porte chromée qui avance en silence vers moi, un peu comme si la Tesla offrait l’accueil à bord…voilà qui produit son petit effet.
Vitre affleurante sans montant superflu, on ressent une forme de densité  légère: solide sans excès de lourdeur.
Habitacle cocon boisé que les sièges soulignent d’une clarté crémeuse.
Transition exquise promise vers le ciel de toit panoramique qui grise l’esprit.
Le hublot central comme je l’ai surnommé regroupe sur une belle dalle très bien contrastée le hub qui centralise la grande majorité des commandes.
Le changement de vitesse s’effectuant par un balai à impulsion situé à droite derrière le volant et qui rappelle la commande Mercedes pour véhicule automatiques.
Ceci a pour effet de libérer un bel espace entre le bas du hub central et le généreux accoudoir central situé entre les deux moelleux sièges avant.
Maintien latéral et lombaire d’exception bardé de réglages…si on le désire on a tout le loisir de s’y consacrer pleinement.
Je m’attarde sur les détails d’ajustement et la finition que je trouve nettement supérieure à celle d’un modéle certes abordé à la va vite il y a quelques années.
Il est très net qu’un bond qualitatif a été franchi ici.
Ce modèle a un an et  déjà plus de 35000 km et reçoit régulièrement des visites, il est cependant d’un très bel aspect.
Ricardo a fait rouler sa Tesla sur les premiers mètres dans un silence ouaté, les imperfections de la chaussée absorbées par la suspension pneumatique si imperceptiblement que nous voici déjà sur la rocade en direction de la centrale hydroélectrique du Bazacle où doit se prolonger cette 61 éme rencontre Leaf France Café du Véhicule Électrique.
20181118_135507.jpg
Nous croisons en chemin les motards en gilets jaunes qui sont escortés par des policiers motorisés tous gyrophares bleus allumés et sirènes hurlantes.
Certainement par effet de vase communicant la rocade est quasiment vide au même instant face à nous…
…Au même instant Ricardo qui fait la démo de certaines fonctions en navigant dans les menus m’explique comment il effectue les recharges ponctuelles ou celles pour les grands déplacements grâce aux superchargeurs

C’est amusant de se dire que ce véhicule permet de voyager à vitesse normalisée ici sur la rocade plus de 500 kilomètres dans un silence et un confort absolu ou comme l’indique Ricardo effectuer en toute quiétude ses 350 / 400 kilomètres à 130 km/h sur autoroute dans une telle discrétion.

On est pourtant sur un véhicule dépassant allègrement les deux tonnes, mesurant près de cinq mètres et assez large au vu de ses quasi deux mètres vingt de large.

20181118_135716.jpg

Ah mais j’y pense, cette Tesla sait aussi bien tailler à allure sereine la route, calé au creux d’un siège que bondir à pleine vitesse.

Les démarrages en mode hyperloop sont possibles et ne bouleversent ni l’autonomie ni le confort absolu, mais autant vous l’avouer en humble passager de ce somptueux tapis volant, le voyage dans l’hyperespace passé à la vitesse de la lumière.

La centrale hydroélectrique du Bazacle nous a ouvert ses portes pour permettre à certains des chanceux électromobilistes présents à cette rencontre Leaf France Café d’ÉVoluer au plus près de cet espace historique de Toulouse.

20181118_141953.jpg

 

20181118_142007.jpg

Au retour quelques images qui bougent prises pour le départ et la manœuvre éxécutée de main de maître par Ricardo pour extraire sa Tesla d’une place de parking urbain. Attention il n’y a pas que la voiture qui tourne…la caméra aussi 🤪

Et les informations qui illustrent une partie des données offertes via le Hub, ici liées à la consommation d’énergie où autres.  C’est hyper fluide est très lisible et on s’y retrouve instinctivement.

20181118_135545.jpg

Shift2Drive.bog_10b4 - copie 4

Cette rencontre organisée par le Leaf France Café a été également et surtout une très belle occasion emplie de chaleur et de convivialité malgré le vent froid qui soufflait si fort.

Joli contraste en effet que de pouvoir mettre un visage et une voix sur les prénoms, avatars ou surnoms de ces passionnés passionnants qui conjuguent aussi bien l’électromobilité au présent qu’occasionnellement à l’imparfait mais également et essentiellement au futur.

 

Publicités

8 commentaires

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s