« Assis sur la ligne des temps »

Paola

Je reste assis sur la ligne de temps à regarder les contours de ce monde si fou. Mes pieds se balancent comme le vent me secoue à l’intérieur, le froid me donne des frissons et mon coeur tombe dans mes mains, si petites.
La ligne qui me sépare du monde éveille l’âme dans une valse d’émotions.
Je n’ai pas peur de tomber, mais plutôt peur de ne pas pouvoir rester vers l’infini de mes jours.
Les rêves m’accueillent dans la danse fantomatique des corps que je voie floue, de présences lointaines qui me sourient, même si elles tendent la main je ne peux pas les toucher.
Ils me sourient, ils m’appellent tandis que l’équilibre me suggère de danser seule.
La ligne de temps me dessine aussi, oh si petite et fragile, si silencieux et plein de perturbation.
J’attends l’hiver pour ne pas mourir et puis je vais descendre des arbres…

View original post 25 mots de plus

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s