Envisager de rouler autrement 2.0

2.0 car cet article est évolutif. Sa version 1.0 a été initialement publiée courant Avril 2017. S’adaptant à l’état de ma réflexion sur mes déplacements quotidiens, le voici en Décembre 2017 à sa version 2.0.

 

Mon véhicule au quotidien est une voiture essence émettant 148 g/km de CO2

En ville, chaque véhicule thermique émet des particules, certains plus que d’autres

Pour la ville et les citadins qui la composent,  il conviendrait de réduire le nombre de véhicules thermiques. Ces machines  qui crachotent,  vibrent ou fument et polluent. Mais comment s’y prendre?

Commencer par bouger plus…

Chacun à notre niveau nous en avons la possibilité en ne prenant la voiture que pour les trajets qui le nécessitent vraiment. Il se trouve que par ailleurs notre organisme nous réclame de l’activité. 30 minutes de marche par jour pour réduire les risques de maladie liées à un comportement sédentaire.  Et en plus marcher c’est entièrement gratuit, ça tombe bien. Le vélo c’est bien aussi, surtout si on se comporte de manière responsable et non comme véhicule prioritaire.

Alors oui, on peut dire à tous ces gens souffrant d’allergies liés à la pollution et dont je suis, on peut dire leur dire que les émissions de CO2 sont l’alpha et l’oméga de la qualité de l’air, pendant que les particules fines  et les NOX provoquent  bronchiolites et asthme allergique chez les nouveaux nés et nourrissons.   On peut leur dire que les véhicules thermiques sont responsables d’infarctus et d’infections pulmonaires chez les tout jeunes enfants à commencer par les nourrissons souffrant de bronchiolite, chez les femmes et les hommes de toute condition  et de tous âges. Pour la France où on dénombre des dizaines de milliers de morts par an, fourchette basse comme l’on fait dire à ces chiffres qui représentent pourtant des vies et des souffrances bien réelles  celles-ci.

 …et  par rouler moins en voiture et deux roues…

Alors à mon humble niveau j’ai progressivement  délaissé la circulation à bord d’un véhicule thermique en milieu urbain.

Parcourant par le passé de 17500 à 20000 km dont près du tiers l’étaient en ville. Soit entre 5800 et 6500 km en circuit urbain.

Pour autant, à ce jour je n’ai pas compensé par davantage de déplacements sur le périphérique Toulousain puisque j’ai également réduit mes déplacements.

Depuis deux ans je parcours 15000 km par an avec environ 3000 km  en véhicule thermique  en circuit urbain.

15000 km annuels avec l’actuel, contre 20000 km avec le précédent véhicule pourtant hybride. Car rouler moins c’est polluer moins. Début 2018, c’est la Honda Jazz 1.3 i-VTEC CVT  un véhicule essence moins polluant et donc consomment moins car  émettant seulement 114 g/km de CO2 qui remplacera l’actuelle avec ses 148 g /km de CO2.

20171204_124231-748918198.jpgMon précédent véhicule la Honda Insight hybride  de 2012 était lui à 101 g/km de C02. Que de progrès on a fait en matière de baisse d’émissions polluantes en l’espace de quelques années On peut sérieusement envisager une  consommation moyenne en baisse de 1 litre à 1,5 L/100 km sur le prochain véhicule. L’actuel étant à 7,5 L/100 sur Plus de 20000 Km parcourus.

Comment réduire  encore l’usage du véhicule thermique?

Oui, par la marche pour la plupart des trajets de moins de 5 km qui  sont tous urbains, à vélo si comme je le pense je parviens à dépasser mes craintes et à remonter en selle comme j’ai pu l’écrire ici et là avec Le cycliste que j’ai redécouvert cède le pas au marcheur que je suis.

Boulevard Monplaisir

Si je devais le faire peut-être que la raison me dicterait de recommencer par le début avec un vélo des plus traditionnel et uniquement sur piste dédiée, pourquoi pas à voir et à suivre…Et les transports en commun, bus, métro, tramway…Comment ai-je pu les oublier…Merci à Christian Dehais  de La vie en Twizy et du groupe Twizy francophones pour sa remarque pleine de sagacité qui m’en fait à juste titre la remarque.

Ou alors  est-ce que l’usage d’un véhicule électrique d’appoint pour la ville?

Ou les trajets que je qualifierai de courts mais supérieurs à 15 kilomètres peut se réfléchir.  Si véhicule électrique  il devait y avoir celui-ci  serait pour des trajets domicile / travail sur une distance de 22 à 35 km.

Quelques possibilités pour rouler autrement:

Enfin, selon moi  une partie de l’avenir de l’automobile est à chercher du côté du  véhicule hybride et le  Véhicule hybride rechargeable ou PHEV  (source Wikipédia)

Un véhicule hybride rechargeable (VHR ou PHEV en anglais pour « Plug-in Hybrid Electric Vehicle » quand les deux motorisations agissent de concert pour animer le véhicule ou encore EREV pour « Extended Range Electric Vehicles» quand seul le moteur électrique alimente les roues, le moteur thermique ne servant que de générateur pour  recharger la batterie) est un véhicule hybride dont les batteries peuvent être chargées par branchement à une source d’énergie extérieure.

J’ai pu avoir la démonstration du Mitsubishi Outlander PHEV  qui bien que d’un gabarit assez imposant pour moi bénéfice d’une technologie très aboutie et convaincante

C’est une autre dimension de l’automobile hybride qui mérite que l’on s’y intéresse.   Cette deuxième partie d’article est bien évidemment une ébauche des possibilités et est susceptible d’évoluer en fonction de mon vécu ainsi que des expériences que je ne manquerai pas de faire à l’avenir. J’ai  voulu retranscrire ici l’ébauche de mes  réflexions actuelles sur le sujet, car pour l’heure et comme vous le savez maintenant Le marcheur que je suis redevient parfois  conducteur.

Je tiens également à remercier les clubs et groupes Facebook ainsi que les blogueurs qui sont très accueillants et de bon conseil, tous passionnés et plein d’entrain. La qualité de nos échanges est pour beaucoup dans l’avancée de ma réflexion et dune forme d’émulation très constructive.

Ainsi pour ceux que je n’ai pas encore cités, je m’en vais leur accorder les ultimes lignes de cet article 2.0:

fullsizeoutput_10b

Publicités

4 Comments

  1. Et oui Sylvain, comme tu le sais déjà, j’ai quitté une Insight pour un HR-V essence pour des raisons d’ordre de praticité à transporter des vélos de course.
    J’habite en « campagne » à une quinzaine de kilomètres de Toulouse et je vais souvent en montagne faire des entrainements ou des compétitions. J’ai aussi l’objectif de rouler moins tous les jours donc j’ai acheté un vélo pour aller de temps en temps au travail (16kms).

    SI j’avais pu (financièrement et surtout matériellement) j’aurais opté pour une plug-in Hybride qui est pour moi la voiture parfaite aujourd’hui et dans un avenir proche.

    Pourquoi? C’est simple, ce genre de véhicule vous permet de faire vos trajets quotidiens (travail/courses, etc) en tout électrique grâce à leurs 30 à 60kms d’autonomie et le week-end vous pouvez partir sans crainte grâce au moteur thermique et à ses 500 à 600 kms d’autonomie.
    Les 2 problèmes:
    – un le prix souvent entre 35k€ et plus de 45k€
    – le faite de pouvoir la recharger (impossible en appartement et donc en ville).

    De plus pour le moment ce genre de véhicule est typé sport (beaucoup de chevaux souvent aux alentours de 200), car les constructeurs louent la bienfaisance du boost électrique.
    C’est bien dommage car cela limite leur vente aux personnes aisées ayant des maisons individuelles.
    Pour ma part j’ai la possibilité de recharger ce type de véhicule à mon travail mais je n’ai pas les moyens d’en acheter…

    Aimé par 1 personne

    1. Salut Valvertsausauvage, ça fait plaisir de te lire ici. Oui tes réflexions rejoignent par certains aspects les miennes à propos notamment des PHEV.
      Il se trouve que je vais participer à une démo aujourd’hui avec l’Outlander PHEV.
      Je vais enfin mettre la main dessus même si ce n’est que pour quelques minutes. Cela va me permette de me projeter dans un futur proche, disons à l’horizon 2020.
      Où je pense que les infrastructures et l’offre en PHEV et en électrique auront franchi un cap.

      J'aime

  2. Trop cela ne sert à rien !

    Petite réflexion amusante sur l’autonomie des VE. Evidant et logique, surtout par les temps qui courent !

    Le véritable changement c’est de changer de comportement

    30 secondes pour charger son véhicule électrique 😉

    ActiVE acteur de la transition EnR

    L’avantage du VE avec surplus d’autonomie, la batterie peu apporter un service au réseau

    http://acti-ve.org/trop-cela-ne-sert-a-rien/mobilite-electrique/2016/05/

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s