Ce samedi sur l’invitation de Agnès Lécollierimg_1488

je pars essayer la SMART ED Forfour, elle est la grande soeur de la Smart Fortwo ED  essayée fin Août.

La SMART ED Forfour a gagné deux portes, une banquette passager et  grandi de quelques dizaines de centimètres. Elle conserve un gabarit hyper compact avec ses 3 métres 49 de long.

Elle conserve surtout sa bouille si inimitable et cette livrée  y contribue pour beaucoupimg_1577La batterie a été chargée à fond et comme vous le savez maintenant la nouvelle charge prend compte des utilisations précédentes pour donner un chiffre d’autonomie estimée restante. D’où le 130 kilomètres annoncé en mode ECO contre 121 km en mode normal.  Ce pourrait être plus de 150 si les précédents testeurs n’avaient pas tant joué avec la vivacité de cette Smart Forfour ED. Mais comment les en blâmer? Cette petite délurée pousse à la promenade enjouée avec son côté espiègle et ses nombreuses attentions. Essayer de lui résister c’est déjà lui céder.

Et d’ailleurs pourquoi lui résister?

Faisons un rapide tour extérieur en vidéo et pardon pour le bruit du vent d’autan, cela vous donne encore davantage un avant goût du terroir  Toulousain

Voyons ce que donnent les portes latérales sous le soleil éblouissant de Haute Garonne et aussi les toits panoramiques, ah ce sera un toit panoramique arrière et le reste pour un peu plus tard

C’est parti, je vais faire  un tour du quartier puis tester cette Smart Forfour ED en situation dans mon parking sous terrain et…suspens vous lirez ceci par la suite 😉

L’exercice de la marche arrière d’un silence serein et électrique devient un jeu aux reflets rouge orangés dans la pénombre de ce sous sol coutumier.

Voici que nous avons parcouru ensemble d’un commun accord  ces 4 kilomètres  voletant à bord de cette petite abeille véloce à nulle autre pareille

J’ai pris un peu le temps de croquer avec mon iPhone cette petite pomme au goût acidulé

Pimpante et fraîche, elle est un joli fruit se laissant admirer de tous côtés

img_1507

Avant que de la dévorer à pleines dents

Posons notre regard sur ces quelques égards que la fée électricité à ici pour nous, elle  bien réelle qui sait nous indiquer le chemin parcouru, avec quel sens de l’économie aussi on peut espérer prolonger auprès d’elle la magie

img_1512

img_1494

Tiens c’est amusant, j’ai envie d’une escapade hors la ville avec cette brindille, alors je décide dans l’instant de tenter l’aventure vers  cette route qui mène à une certaine nature du côté du Tarn.

Ce sera Rabastens par la route départementale 888  ancienne route nationale 88 dite route d’Albi, une jolie route vallonée bordée de platanes centenaires et de villages de brique rose.

C’est une agréable promenade, l’esquisse d’une aventure d’un peu plus de 70 kilomètres. Eh oui, c’est la première fois que je choisis  de quitter les voies urbaines pour rejoindre une campagne  charmante  et bucolique appelée en son temps  par François Rabelais le pays de cocagne. La Smart Forfour  ED offre un confort plus doux que sa petite soeur la Fortwo, en échange d’un châssis un peu moins incisif et plus adaptée à une conduite en souplesse. On est moins tenté de mordre l’asphalte et plus versé à la ballade guillerette. Le paysage défile à 90 km/h et je goûte au doux confort et  au silence relatif à peine troublé par de légers bruits d’air. On ne remarquerait pas ce léger chuintement sur un véhicule thermique essence ou diesel que le bruit du moteur aurait couvert. Il s’agit donc d’apprécier ceci comme le don qui chuchote. Ah voici l’endroit rêvé pour un arrêt sur un petit coin de route  avec un joli point de vue sur les vallons environnants.

Autant profiter de cet espace naturel pour goûter au naturel spacieux de cette grande petite libellule. La laisser ouvrir et déployer ses ailes

Toutes ses ailes

img_1515

C’est à croire qu’il lui en a poussé au cours du voyage

Le totalisateur partiel indique 107 kilomètres d’autonomie restanteimg_1531

Repartons vers Rabastens,  pour  les quelques kilomètres  encore à parcourir, je maintiens un rythme similaire à celui de mon départ, à  90 km / h avec les vitres entrouvertes pour profiter du silence de cette Smart et du bruissement des grands arbres ondulants au gré du vent.

Arrivé à Rabastens à mi – parcours de cet aller – retour en pays de cocagne. il convenait de s’arrêter devant  la cave des vignerons de Rabastensimg_1535

Le trajet représente plus de 35 kilomètres et à la moitié du chemin, le compteur d’autonomie restante indique 93 km en mode ECO.

img_1533

Qui a dit que sur route la voiture électrique consommait beaucoup plus d’énergie et qu’il valait mieux se limiter à l’espace urbain? Qui considérait 150 kilomètres d’autonomie comme trop limite pour se promener à la campagne? Peut – être quelqu’un qui se complaît à croire ce qui l’arrange, sans pour autant le vérifier dans les faits.

Bon vous allez penser que je m’avance quelque peu car je suis à mi – parcours et qu’il me faudrait peut -être sérieusement penser à revenir.

Ah eh bien revenons!

Tiens, comme c’est amusant,  le chemin est tout aussi vallonné au retour et sur la trentaine de kilomètres restants je prête davantage attention aux indications de l’ordinateur de bord,  ainsi qu’aux flux de récupération d’énergie au lever de pied, à la décélération, en pente et au freinage. Le mode ECO est si efficient que bien  que je freine très peu  la Smart Forfour ED  récupère une jolie quantité d’énergie et donc des kilomètres de manière très significative et très gratifiante.

                           Sur le plat c’est assez correct, en pente et en descente, c’est la fête!                                                 Il reste 57 kilomètres d’autonomie en haut de la côte de Gémil et 2 kilomètres plus bas l’autonomie est à 64 kilomètres ! On en viendrait presque à rechercher  les montées pour le plaisir et la gratification de les descendre…

Avec la circulation qui se densifie, on pourrait croire l’exercice de la récupération d’énergie à la décélération devenir plus ardu or il n’en est rien, le mode ECO ici rendu encore plus efficace par une gestion électronique optimisée permet d’anticiper aisément la situation. Cela m’a conduit à n’utiliser que  très rarement la pédale de frein une fois assimilé son mode de fonctionnement, c’est aussi voire nettement plus efficace que ne le serait le frein moteur d’un véhicule thermique et j’insiste cela se substitue aisément à un freinage à la pédale, un peu comme l’effet d’une dynamo sur un vélo.

Voilà Saint Jean puis l’Union, voyant qu’un embouteillage se profile sur le bas de la route d’Albi, je bifurque sur la gauche comme si j’allais à la mairie de l’Union. Là nous allons aller saluer l’olivier  millénaire qui s’y trouve. Lui qui est toujours vert passé mille ans ne peut laisser que verte cette Smart Forfour ED Passion, verte de passion.

img_1536

Le Sylvain que je suis épris de belles plantes, rien que de très évident, il y a toujours une branche à laquelle se raccrocher quand on se ressource d’un arbre, d’une forêt

img_1537

Ah c’est bien davantage de mille ans, c’est 1030 ans!

Cet intermède évoqué je poursuis mon chemin et redescends de l’Union par les chemins de traverse, pour arriver le plus sereinement du monde jusqu’à l’Étoile Occitane.

img_1578

Là un repos apaisé attend ma compagne du jour, elle ne veut pas me laisser encore partir, je fais ainsi un point sur ce trajet retour qui a des airs d’au revoir. Les écrans de l’ordinateur de bord et de la tablette centrale, ont toujours la passion du vert, c’est peu de l’écrire.

Et une courte vidéo permettant de noter l’écart entre mode ECO et mode sans ECO

Une ergonomie au top pour toutes les commandes, ici le chauffage et l’air conditionné:

Et la comparaison entre l’ECO score de départ et celui  qui fait suite à mon escapade dans le Tarn

Ainsi que les indications des manomètres d’indice de charge de batterie restante au départ et à l’arrivée, accompagnés de ceux de l’ordinateur de bord

Ordinateur très complet qui donne de précieuses et lisibles informations

Pour faire un début de conclusion de cette jolie balade, quelques chiffres:

Au départ on pouvait observer 130  km d’autonomie restante en ECO (121 km sans).

À mi – parcours on pouvait observer 93 km  d’autonomie restante en ECO

À l’arrivée  62 km d’autonomie restante en ECO (57 km sans).

pour  75 km au total parcourus au total.

Et en poussant jusqu’au bout le raisonnement on ajoute  les 75 km parcourus aux 62 km restants, ce qui donne un total de  137 km. Ce qui me conduit à écrire et à penser que bien que conduite hors la ville, sur route, cette Smart Forfour ED est parvenue à obtenir un gain de 7 km sur son autonomie estimée restante de départ.  Vous comprenez maintenant pourquoi j’ai régulièrement insisté ici sur l’autonomie estimée restante.

Elle qui dépend pour beaucoup de l’usage que l’on fait de son véhicule.

Je n’ai pas eu à faire attention à l’autonomie, je n’ai pas tenté de ménager une quelconque économie, j’ai conduit comme à mon habitude, sans forcer la cadence mais sans la ménager non plus. Dans le respect des vitesses en vigueur à vrai dire.

Avec un indicateur de batterie de traction indiquant 44% restants pour 99% au départ…

Cela m’amène à penser aussi que limiter ce type de véhicule à évoluer strictement en milieu urbain est une erreur et un manque singulier de hauteur d’esprit ou bien le discours bien rôdé de quelqu’un qui n’a pas envie de laisser sa chance à un tel type d’énergie de crainte de voir son monopole et la manne financière qui en dépend  disparaître. Certes cette Smart Forfour ED consomme de l’énergie mais elle en génère et en récupère et pourrait un jour bientôt contribuer à en produire avec le Smart Grid   et le Vehicle to grid ou V2G  du véhicule électrique.

On peut se prendre à rêver alors à une nouvelle approche des déplacements qui a déjà commencé et qu’il serait préférable d’accompagner, de suivre plutôt que de s’y opposer, comme par un vieux réflexe d’opposition, de repli, de recroquevillement.

Il n’y a aucun risque à essayer de se projeter dans l’avenir, essayer est le début du vouloir.

Pour conclure, je crois pouvoir avancer que ce second essai d’une Smart ED , qu’il me faut bien clore ici, n’est qu’un au revoir.

img_1527

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s