Piétons et cyclistes dans la ville

Si je souhaite  pouvoir échanger à ce sujet, c’est aussi parce que c’est ce qui m’a conduit à ouvrir ce blog sur la mobilité quotidienne et les modes de déplacement.
Avec le souhait exprimé dès l’à propos du blog  (shift2drive.blog / à propos)
d’en discuter et de confronter les points de vue, dans des échanges constructifs.
Si vous le souhaitez, vous pouvez ajouter vos commentaires et observations.
La réflexion que je mène sur le sujet a pour but de s’appuyer sur le vécu et le ressenti des citadins que nous sommes et je le répète à nouveau, des piétons que nous sommes  tous à un moment donné de la journée.
J’ai pourtant souvent l’impression que le piéton est bien peu intégré dans la réflexion, au détriment de certains autres modes de déplacements.
 En quelques années la place du vélo en ville a pris une importance saisissante.
Tout est fait pour en permettre un usage des plus étendu possible.
Ainsi nombre de rues à sens unique se voient adjoindre un cheminent souvent en sens inverse du sens de circulation des véhicules motorisés.
De jour c’est parfois critique mais que dire alors de nuit, par temps de pluie ou avec un peu des deux?
Le vélo, ne nous en cachons pas, c’est aussi un mode de déplacement choisi par nombre de personnes de tous âges, activités et condition.
De l’écolier à l’ouvrier, de l’ingénieur en calcul numérique, à la retraité de la fonction publique hospitalière, de l’aide soignante à domicile, au représentant de la maréchaussée.
Et puis ne voit on pas fleurir, les livreurs à vélo avec leur harnachement si volumineux sur le dos ou ces parents transportant leurs petits dans ces vélos allongés et élargis permettant le transports de plusieurs enfants?
Tout ceci est preuve d’un engouement certain mais arrive la question de fond…
Et le piéton dans tout ça?
Comment ce petit monde fait il pour cohabiter en bonne intelligence?
Par curiosité allez faire une ballade longeant le canal du midi.
En fonction de l’heure de la journée et selon que nous serons en semaine ou le jour du repos hebdomadaire acquis de haute lutte, nous observerons que l’affluence et la fréquentation ne sont guère les mêmes.
Adeptes du footing ou de la marche rapide, personnes promenant leur chien, cyclistes en goguette ou fonceurs en vélo tarifé, enfants ou adultes et tout ce joli monde entretenanant son capital forme et ses réflexes.
Oui,  forme et réflexes.
Surtout les réflexes.
Yeux et ouïe aux aguets pour prévenir, anticiper et prédire les imprévus.
C’est une vérité à peine amplifiée que j’exprime.
Bien souvent tout est très fluide et se fait en bonne intelligence avec courtoisie et diplomatie.
Cependant la volonté de chacun  doit se marier avec la préoccupation du bon vivre en commun et non par  l’aveuglement  égoïste ou  nihiliste de certains adeptes du record de vitesse.
Pour autant il ne s’agit pas de légiférer à tout va ou d’interdire mais de faire preuve de discernement.
La base du bien vivre ensemble, à la réflexion.
Publicités

3 Comments

  1. Pourquoi est-ce si facile aux Pays-Bas et si difficile en France ? Pourquoi ai-je le choix entre 3 pistes cyclables en site propre pour faire les 10 km qui me séparent de mon travail aux Pays-Bas alors que je n’ose pas sortir mon vélo en France ?

    Aimé par 1 personne

      1. Les premières pistes cyclables en site propre datent des alentours de 1900 ! Le réseau ne cesse de se développer avec 32ooo km pour la superficie de deux départements français !

        J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s