Le piéton que je suis et le cycliste que je redécouvre… 

Je  mets ici le  lien Open street map rue de l’allier…

Et toutes celles que je cite dans l’article.

Hier je suis parti de mon domicile Toulousain d’un pas vif pour me rendre chez   2 ROUES VERTES  185 avenue des États Unis.

Suite à la réservation du vélo à assistance électrique Sinus BT 20 pour un essai 24h.

C’est à 17h42 que j’ai fermé la porte de mon domicile et entamé d’un pas vif ma marche.

Avec une vingtaine de degrés l’air est encore assez  frais pour rendre agréable la marche que j’ai entreprise. Mes pas m’emmènent à la  place Antonin froidure


Passant avenue Bourgès – Maunoury puis rue de Négreneys pour déboucher sur le très bruyant Boulevard Pierre et Marie Curie.

Ici véhicules motorisés, piétons et cyclistes circulent chacun  sur un emplacement dédié.

Moi qui ne suis pour l’instant que piéton, j’ai du mal à m’imaginer circuler sur l’étroit bandeau vert  délimitant la place dédiée aux cyclistes. C’est pourtant à cet endroit que je repasserai au retour…Avenue de Fronton. C’est bien agréable de marcher car le temps s’y prête mais les effluves urbaines ne flattent guère l’odorat. Et ce chemin manque de verdure et de coins d’ombre, c’est bitume et goudron pour tout le monde. C’est pourquoi je rejoins la calme rue des érables.

Me voici  au 185  de  l’avenue des États Unis, devant 2 ROUES VERTES  où je me vois proposer un Sinus BT 20 vélo tout habillé de noir…

Topo  sur le fonctionnement du Display, cet écran de contrôle central qui donne une foule d’indications précises et précieuses

Et le sélecteur des modes d’assistance à gauche du guidon qui interagit avec le Display.

Et  hop! En selle! Vélo très  maniable  et sans  lourdeur dans les roues quand il roule du fait de son moteur Bosch situé dans le pédalier, la batterie étant elle située sur le cadre.

Tout ceci lui donne un air presque élancé.

Position idéale avec poignées ergonomiques et changement des vitesses par palettes sur la droite de la sonnette au niveau de la poignée droite.

Et selle suspendue au confort ferme, pédalier alu du plus bel effet.


Je pédale normalement et au deuxième tour de pédale je ressens très légèrement le vélo passer de 8 à 12 km/h, l’affichage LCD est très lisible même en plein soleil comme aujourd’hui. Le moteur situé dans le pédalo-lier produite poussé qui me semble plus linéaire que celle d’un vélo à moteur dans la roue arrière comme peut l’être le Néomouv Montana Trek.

D’un clic du pouce gauche sur le sélecteur de mode, je fais évoluer les modes d’assistance.

C’est très fluide.

Je me retrouve avenue de Fronton, sur le même itinéraire qu’à l’aller mais cette fois-ci au même niveau que les voitures avec juste un bandeau vert peint sur le le bitume


Vigilance requise  car en vélo  tout va plus vite qu’à pieds et on est encore plus exposé aux aléas de la circulation.

Un automobiliste qui sort d’une place de stationnement et qui n’a pas mis son clignotant ou pas regardé dans son rétroviseur  ou qui grille un feu ou tant d’autres dangers que nous  réserve la circulation en ville.

Sauf que en vélo ça ne pardonne pas.

Je persiste à croire et à  défendre l’idée de pistes dédiées et aménagées pour vélos et piétons.

Me  voici de nouveau sur une piste cyclable ou assimilée, ouf! Je respire!


Je chemine à allure raisonnable aux alentours de 10 km / h et ne tarde pas à rejoindre la rue de l’allier ou un camion est garé à cheval sur la piste cyclable!


Y a pas à dire les pistes dédiées c’est mieux!

Me voilà arrivé et ne suis ni en sueur ni fatigué de mon parcours pourtant  identique à celui de l’aller. Pourtant celui du retour ne m’a pris que 21 minutes alors que celui de l’aller à pieds m’avait pris 39  minutes. Moi qui suis marcheur et de ceux qui peuvent alterner marche rapide ou plus lente, je n’ai pas ménagé mes efforts pour parcourir les 4 Kilomètres à pieds de l’aller.

Dans cette seconde partie je vais davantage me pencher sur l’aspect et les finitions de ce très beau vélo ayant pourtant déjà parcouru plus de 1600 km et conservant  un fort bel aspect.

Le cycliste que j’ai redécouvert et le piéton que je suis

J’ai vraiment découvert ce Vélo à Assistance Électrique (VAÉ) en posant pied à terre  arrivé au bas de la résidence. Ce vélo que j’ai loué et  que j’ai monté au second étage, ne souhaitant pas laisser pour l’heure au garage à vélos les 800€ de caution…

Je suis certain que vous comprenez.

Y compris la difficulté de hisser littéralement l’engin pesant bien ses 24 kilos!     Chose amusante, le compteur de vitesse continue à fonctionner et affiche glorieusement dans les 3 km/h…

Ah que ces 32 marches m’ont parues bien longues…

Autant le poids ne se remarque pas en roulant autant, il est bien présent pour  accéder aux étages.

Ainsi que l’inertie liée à ce poids, qu’il faut orienter tout en conservant la direction pour ne pas « toucher » les murs.

Heureusement que l’escalier est large!

Et que les freins fonctionnent pour ne pas me laisser entraîner par le poids…

Rigueur du freinage avec freins à disques avant et arrièr
Et  de l’antivol  de roue intégré

Ci-dessous en vidéo l’adaptateur secteur pour recharger la batterie  qui alimente le moteur

Il faut reconnaître qu’il a de l’allure ce Sinus BT 20

1620 kilomètres pour ce vélo de location
La distance parcourue à l’aller (pour un total de 8,1 km)
23,4 Km/h en vitesse maxi, ça fait les mollets!
12,4 Km/h de moyenne, contre 10 à l’aller
Belle autonomie promise

J’ai ramené le vélo par un chemin identique à celui de l’aller un peu avant 17h le lendemain. Je me sentais plus serein au retour que  à l’aller, ce qui m’encourage à déterminer à l’avance le chemin que j’envisage de prendre à l’avenir et si possible le plus loin des automobiles…et des piétons. Vaste programme.

Car la place du vélo, grandissante dans notre vie quotidienne et nos modes de déplacement, devrait pouvoir mieux se fondre dans l’espace qui l’entoure.

Ce qui est loin d’être le cas, car le piéton au milieu de toute cette frénésie se sent parfois bien peu de choses.

Nous sommes pourtant tous des piétons avant que d’être autre  chose et nous sommes pourtant bien exposés aux risques pris par d’autres.

Sur mon parcours j’ai croisé des cyclistes en train d’envoyer des SMS, les oreilles hermétiques prises par le son d’un baladeur numérique, changeant de trajectoire sans un geste du bras pour indiquer la direction qu’ils comptaient prendre, passant du trottoir au passage piéton sans poser pied à terre ou pire sans tourner la tête pour regarder autour d’eux et grillant allégrement des carrefours sans visibilité…

À croire que le cyclisme confine à l’oubli de soi et des autres, ce qui est regrettable et dangereux pour tout le monde.

La notion de danger imminent ne m’a jamais  quittée durant cette journée, ni durant aucune autre, ni en tant que piéton, cycliste ou automobiliste.

Et la vigilance ne devrait jamais se voir oublier sous  couvert de mobilité libre.Voilà pourquoi le cycliste que j’ai redécouvert ne se substituera pas pour l’heure au marcheur que je suis.

Dans un prochain essai je prévois de parcourir un trajet domicile / travail aller – retour en longeant par exemple le canal du midi.  Ainsi que sur un trajet urbain différent mais sur piste cyclable très certainement.

Shift2Drive.bog_10b4 - VAE

Publicités

1 commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s