Le marcheur que je suis

Allez sur  Open street map pour situer les  lieux que je décris ici

J’habite  actuellement  à Toulouse

jardin - Copie (2)

l’hiver, je  privilégie  la voiture essence pour mes déplacements quotidiens. Et quand revient la douceur la marche. Justement la douceur est revenue. Le marcheur que je suis apprécie la marche parce qu’elle permet bien des déplacements de proximité mais aussi bien davantage. Et l’autonomie et la distance ne dépendent que de mon bon vouloir.

port-saint_sauveur

Bien sûr pour me rendre au travail, distant de 10 kilomètres, il m’est possible d’emprunter les transports en commun, bus à cinq minute à pieds  et métro en vingt minutes à pieds. Mais voyez-vous arrivé à ce point de la marche, je me dis « oh et puis pourquoi pas continuer à pieds? »

Et 1h15 à 1h30 plus tard, en fonction de mon allure de marche, je suis au travail.

Bien sûr cela demande de s’équiper en conséquence. Et gérer le temps en marchant d’un bon pas et en sachant  se lever tôt pour éviter de subir trop la chaleur.

Prévoir chaussures et vêtements adaptés, une serviette pour s’essuyer le visage, un ou deux fruits et un litre à litre et demi d’eau. Donc le sac à dos où la besace devient presque nécessaire. Et puis j’essaie de privilégier le cheminement le plus distant des automobiles.  Par chance le canal du midi jalonne mon parcours jusqu’à mon lieu de travail.

Là ce sont alors les bicyclettes qui ont pris le pouvoir, alors parfois il faut conserver une certaine vigilance.

Vigilance car si pour la plupart les cyclistes sont respectueux de ceux qui les entourent, il faut reconnaître que la frénésie du record de vitesse qui anime certains d’entre eux oblige à la plus grande attention.

Je serai très bientôt à nouveau cycliste, mon point de vue changera-t-il pour autant?

Boulevard Monplaisir

La marche en tout cas me permet d’arriver au travail l’esprit léger.

Cependant comme tout effort relativement intense, il laisse le corps parfois en nage et un aller retour correspondant à peu ou prou 20 kilomètres, le retour est souvent plus lent.

Et puis pratiquement tout au long du parcours j’ai la possibilité de rejoindre un arrêt de bus ou une station de métro.

Pourtant je ne le fais que très rarement.

En revanche, il m’est arrivé de débuter en métro un trajet pour aller en ville et de le quitter pour rejoindre l’air libre et  ma liberté, à pieds.

Ainsi pour un temps, je reprends  la marche à pieds pour me rendre au travail.

 

fullsizeoutput_10b

 

 

 

 

Publicités

4 Comments

  1. Bonjour.
    Je suis dans le même bureau que Sylvain et je viens tous les jours à pieds depuis le centre ville de Toulouse où j’habite, rue d’Austerlitz, juste à côté de la place Wilson pour aller vers notre bureau, n°19 bâtiment IR1 118 route de Narbonne. La plupart du temps je rentre manger chez moi et je fais donc ces jours là 4 trajets. En voyant les photographies je reconnais des endroits où je passe. Je commence à suivre le bord du canal du midi à la passerelle des Soupirs, appelée parfois à tort passerelle Saint Sauveur, par les transports en commun, jusqu’au pont Giordano Bruno. À certains moments la piste cyclable utilisable aussi par les piétons est très surchargée, avec des modes de déplacement très variés, sportifs, professionnels, détente, promenade des enfants, des poussettes, des chiens, des groupes de touristes avec des vélos Toulouse, des planches à roulettes, trottinettes et même des deux roues motorisés (livreurs de pizzas). Je trouve intéressant de regarder les graffitis, les affiches. Il m’arrive souvent de remplir des grilles de mots-croisés ou du sudoku en profitant du calme. Le principal avantage de ces marches réside pour moi dans la déconnexion, surtout pas de téléphone ou de machine électronique.

    Aimé par 1 personne

    1. Joseph, le marcheur que je suis salue le marcheur humble et néanmoins émérite que tu es.
      Et je gage que si la mathématique de ton cheminement nous a parfois donné l’occasion de nous croiser par le passé, elle nous permette de le nous croiser à nouveau, à l’avenir.

      J'aime

  2. Bigres. Pour l’instant je suis du côté de Saint-Aubin, pas loin du canal et de François Verdier, et travaille à 5 minutes à pied de la station Ramonville, le long du canal. Peut pas mieux faire en transport en commun. Au retour, je reviens souvent en marchant. Compter une heure. Ce que je fais du côté de Ramonville est ici : https://aeolusweb.wordpress.com/ Une toute belle soirée à vous, Sylvain.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s